Aller au contenu principal
X

8Bit Box : c'est les auteurs et l'illustrateur qui en parlent le mieux !

À l’occasion du Festival International du Jeu de Cannes, nous avons rencontré les auteurs de 8Bit Box, Grégoire et Frank ainsi que l’illustrateur Djib. L’occasion idéale pour leur poser des questions sur ce mystérieux projet...

 Tric Trac

Comment se passe Cannes pour vous ?

Djib : Je venais essentiellement pour dédicacer Château Aventure chez IELLO, avec une grosse tablée de pleins de gens hyper talentueux, j’ai fait aussi une séance sur le stand dessine-moi un jeu qui était organisé par le festival. Et je venais aussi pour rencontrer Grégoire et Frank et bosser sur 8Bit Box.

Grégoire : Avec Frank, on a des séance de travail avec Xavier* sur 8Bit Box, et quelques rendez-vous avec des éditeurs pour d'autres projets.

* Xavier est le Chef de projet de 8Bit Box chez IELLO

 

8BB comment ça vous est venu ? Plus globalement, comment on crée un jeu ? En plus vous êtes deux, c’est un autre processus de travail ?

Frank : À deux, si l’osmose est bonne ça se passe super bien. On échange, on se challenge et en général, on génère de nouvelles idées qui vont faire avancer le projet.

Pour 8Bit Box , au début, on travaillait sur un jeu de course cyclisme qui faisait la part belle à la programmation au niveau mécanisme. En bossant sur le prototype, on a trouvé marrant d'utiliser les pictogrammes d’une manette de console bien connue.

Grégoire : Ce n’était pas des manettes au début, on utilisait juste les logos rond, carré, croix, triangle, les trucs un peu connus.

Frank : Et puis on s’est dit : “plutôt que d’utiliser des cartes, comme dans la plupart des jeux de programmation, on pourrait faire une manette”, et du coup ça nous a entraîné sur la piste d’8Bit Box

 

Tric Trac

Grégoire : C’est vrai que c’est la manette qui nous a donné envie de faire d’autres jeux. Au début on n’avait que 2 molettes, avec d’autres idées on en a créé une 3eme, avec des chiffres, et ça amène plein de possibilités pour faire plein de jeux différents.

Frank : C’est à ce moment que c’est devenu une plateforme avec le matériel de base et la référence aux jeux vidéo. Ca stimule et ça laisse imaginer plein de choses.

Pour revenir à la création de jeux, l’étincelle initiale est très variée allant du thème à la mécanique brute. Dans le cas d’8Bit Box on avait le mécanisme avec la plateforme. Les thèmes sont venus simplement en s’inspirant des jeux auxquels on a joué quand on était plus jeune. Cela donne un nombre quasi-infini de possibilités, comme vous pourrez l’expérimenter avec les jeux qui vont sortir.

 

Mais du coup vous êtes des fans de jeu vidéo ?

Grégoire : J'ai beaucoup joué à l'époque, là un peu moins mais j'ai quand même craqué pour la Switch.

Djib : J’ai commencé tardivement parce que mes parents ne voulaient pas que j’ai une console, j’ai commencé avec une Gameboy du coup.
Je pense que je peux être vite accro, donc j’évite d’en faire trop.

Frank : J’ai pas mal joué, mais maintenant, je suis un peu moins assidu. Mais j’adore toujours ça. À l’époque on faisait des soirées gaming de dingues entre potes. Retranscrire ça avec une manette en carton, c’est un joli clin d’œil à tous ces bons moments.

 

Et le retrogaming alors ? :

Frank :  En fait, je préfère plutôt tester les nouveaux trucs, il y a des jeux incroyables qui sortent ces temps-ci. Mais bon, un petit peu de Commodore de temps en temps ça le fait.

Djib : J’y jouais à l’époque, les vieux Megaman, les vieux Zelda, les vieux Mario mais aujourd’hui je ne cherche pas forcement le retrogaming dans le jeu vidéo.

Grégoire : J'aime bien le pixel, je trouve qu'il y a un truc. J'aime beaucoup la direction que Djib prend sur les illustrations, on s'éloigne un peu pixel original tout en le gardant à l'esprit.

Djib : Ahah oui c’est compliqué. Xavier aime bien utiliser l’expression du pixel évolué en fait. C’est essayer de retrouver des sensations cubiques, l’utilisation de petits carrés, avec des effets de texture et de lumière, un peu comme si le pixel avait prit du volume, comme on peut voir dans le film Pixel, sorti au cinéma il y a 2-3 ans environ. Ainsi, ça reste moderne en faisant appel à de vieilles références.

Tric Trac 

Frank :  Ce qui est cool en fait ! La référence old school est déjà présente avec la console, avec l’objet. Les manettes sont super funky, quand on en tient une dans les mains, c’est clair qu’on est en train de jouer à un jeu vidéo. Avec les illustrations de Djib, ça ajoute clairement un niveau d’immersion supplémentaire.

Grégoire : On a vu des croquis de Djib qui ne sont pas encore officiels, et ça promet !

Djib : Une bonne pression !

 

Donc vous avez créé pas mal de jeux, en plus de la console, 3 jeux seront vendus avec. Mais vous avez surement envie d’en sortir d’autres ? Qu’avez-vous en tête ?

 

Tric Trac

Frank : Au niveau création de jeux, cette plateforme permet d’envisager quasiment tous les types de jeux vidéo. Au niveau thématique : on se concentre sur les jeux qu’on a aimés en tant que gamers et on se replonge dedans. Au niveau des mécanismes des jeux de plateau, on a envie d’explorer les différents types allant de la course au coopératif en passant par de la pure et dure confrontation en un contre un. Cette console est un bac à sable super ouvert !

Grégoire : On en avait proposé 7 au début, 3 sont dans le pack de base, 1 devrait sortir un peu plus tard, et on a eu une commande de Xavier, et comme l’idée nous plait et que ça fonctionne bien, ça va sortir aussi.

Djib : Aaahhhh oui je vois ! J’ai vraiment envie de l’essayer celui-là.

Frank : après on cherche aussi des thèmes qui plaisent à Djib pour pas le mettre dans une impasse de création (rires)

Djib : Ahah pas du tout, c’est un défi à chaque fois, et j’aime bien ! Je disais à Xavier et à Ludovic : à la fois c’est des univers qui me parlent énormément, parce que quand j’étais plus jeune je jouais pas mal, et en même temps, en tant que dessinateur, je sors un peu de ma zone de confort. Par exemple, le premier jeu était super minimaliste, et j’ai pas du tout l’habitude, ça me pousse à faire des défis, c’est super intéressant.Tric Trac

Grégoire : Pour finir, la plateforme qu’on a créé, on l’a aussi pensée pour qu’elle soit utilisée par d’autres, IELLO va faire des kits de développement, pour donner aux auteurs de jeux pour qu’ils puissent créer des jeux avec ce kit la.

Frank : Et là, on revient au modèle lié au monde du jeu vidéo, où on crée un moteur de base, puis on laisse les autres auteurs s’en servir afin d’amener d’autres idées originales.

 


Tric Trac

Et par rapport au proto de base, est-ce que ça a beaucoup changé ? Qu’est ce que vous en pensez ?

Frank : C’est du délire, c’est énorme !

Grégoire : Les manettes de nos premiers protos c'était un truc super minimaliste, avec un bon de carton et 2 molettes parce qu'on pouvait pas faire mieux. Avec les idées de Xavier et de l'équipe de IELLO et les illustrations de Djib c'est vraiment la grande classe. Les acteurs du monde de jeu vidéo peuvent trembler.

Djib : J’aime bien m’approprier un truc, et c’est ce que j’ai essayé de faire sur les manettes : pour chaque couleur, j’ai fais un univers de jeu différent. Jeu de course, shoot them up, jeu de guerre, pour que ca corresponde a une personnalité de joueur. J’aime bien personnaliser les choses, leur donner du caractère !

Frank : C’est de la balle et ça ne m’étonnerais pas que Microsoft, Sony et Nintendo aient envie de copier l’idée ! (rires )
 

Ca doit être intéressants de suivre le développement du jeu , surtout quand y’a un matériel aussi important.

Frank : Effectivement surtout sur ce jeu-là dans lequel on a un univers très large. C’est plusieurs jeux dans un seul, le concept de la plateforme, la boîte, les manettes tout ce qu’on vient d’expliquer en fait. Tout ça demande à avoir un design qui va jusqu’au bout de l’idée. Et là, Djib et IELLO ont vraiment fait un super boulot !

Grégoire : Y’a les manettes, mais y’a aussi la console, ça donne vraiment, vraiment envie. Mais c’est aussi intéressant parce que niveau éditorial ce n’est pas tout simple, ça change beaucoup, c’est atypique.

Tric Trac
 

Et Djib, chaque jeu, chaque cartouche, a son univers différent : c’est pas trop difficile de faire quelque chose de cohérent, mais en même temps différent ?

Djib : Ca m’intéresse beaucoup de changer d’univers. En termes graphiques, de pure style, en dehors des choix d’univers, le challenge va être d’essayer de changer un peu de style quand même pour chaque jeu, tout en gardant le fil rouge du concept de pixel évolué. J’aime bien me poser des défis, j’aime pas faire tout le temps la même chose, donc j’essaie de mettre toutes mes compétences dans ce projet.

Grégoire : on est très impatient ! On voit que ça avance assez vite, on se réjouit à fond  et on a envie de voir la suite !

Franck : Yep on est super content et on a hâte de voir la suite car ça va vraiment être un truc de dingue !
 

Merci à vous trois, et à bientôt !

 

8Bit Box sort le 5 octobre prochain. Pour en savoir plus; rendez-vous sur 8bit-box.com.

Publié le 28 septembre 2018

La visite de Théo dans nos locaux

Dernièrement nous avons eu le plaisir de recevoir les photos d’un nouveau King of Tokyo.

Un King of Tokyo totalement redessiné et réinventé par le jeune Théo,… Lire la suite

Les pré-commande pour ESSEN 2018 sont ouvertes !

Au programme : 

Nos nouveautés seront misent en avant sur notre stand avec 3 zones distinctes pour découvrir les jeux et leur univers. Ainsi vous pourrez jouer… Lire la suite

DownForce : La (re)découverte d’un jeu de course excitant !

Qui est ce nouvel éditeur et que fait-il ? 

Lire la suite