Aller au contenu principal
X

Vienna Connection : Prologue #01

Anton Korolkov : 4 janvier 1977 - Innsbruck

La voiture qui conduisait le général de l'armée de l'air de l'URSS Anton Korolkov s’arrêta à la porte principale du cimetière d'Innsbruck-Amras.

« Restez dans la voiture, sergent », ordonna Korolkov à son chauffeur avant de descendre.

Sur le siège arrière, il prit une grande couronne de fleurs, décorée de rubans dorés. Il faisait agréablement frais dehors. La neige recouvrant le sommet des arbres et des buissons qui entouraient le cimetière étincelait au soleil. Il n'y avait pas âme qui vive à des kilomètres à la ronde. « Tout le monde attend probablement le début du tournoi de Four Hills », pensa-t-il.

Une Opel noire, la voiture des amis de l'ambassade, s'était garée un peu plus loin. Derrière eux se trouvait une voiture de police autrichienne, également banalisée. Korolkov sourit.

Il entra dans le cimetière et se dirigea directement vers les tombes des soldats soviétiques tombés au combat. Il avait l'habitude de venir ici dès qu'il le pouvait. Il salua le mémorial orné d'une étoile à cinq branches et prit la direction d’un chemin latéral. Il s'arrêta devant l'une des tombes, sortit une brosse de son sac et commença à balayer la neige de la stèle de pierre. Quelques minutes plus tard, il révéla une écriture cyrillique : « Anton Szauszkin, héros de l'Union soviétique. Mort pour la liberté des nations et de sa patrie ». Le général déposa la couronne et réajusta le ruban.

Vienna Connection

« Bonjour, mon ami, je suis venu te demander pardon. »

Il s'accroupit et inclina la tête.

« Ce que j'ai fait à ton fils est terrible. C'est un bon garçon. Tu serais fier. Tout comme moi. Il est intelligent, a bon cœur. Mais c'est ce que je devais faire, je n'avais pas le choix, tu sais ? Je te l'expliquerai bientôt, et j'espère que tu comprendras pourquoi je l'ai envoyé à la mort. Il n'y avait pas d'autre moyen, Anton, je le jure. Je le jure. Tout comme avec ce salaud du SMERSH. Nous avons fait ce qui devait être fait. »

Les souvenirs remontèrent à la surface. Les yeux grands ouverts d'une fille autrichienne violée. Quel âge avait-elle ? 14 ans ? Le rire d'un capitaine du NKVD, alors qu'il reboutonnait son pantalon. Des bruits de pas rapides derrière lui et Szauszkin balançant une hache. C'était un village quelconque. Leur unité occupait quelques huttes. Ils avaient froid et faim, c'était un enfer glacé. Ils coupaient du bois. Korolkov se souvint des cris, du sang qui giclait sur son visage, et d'une vague de chaleur aveuglante. Les cris avaient cessé, mais Anton massacrait toujours ce fils de putain. Ils l'avaient enterré au cours de la nuit.

Korolkov entendit le crissement de la neige derrière lui. Des pas. Un fantôme ? Il ressentit une pointe d'inquiétude et se retourna.

Devant lui se tenait un jeune homme très grand, avec une coupe de cheveux courte. Un militaire, assurément. Il gardait ses mains dans les poches d'une veste militaire verte. Avait-il une arme ? La confusion sur le visage du garçon était amusante. Il ne s'attendait probablement pas à rencontrer un général soviétique.

« Oh, je suis désolé, monsieur, bégaya-t-il en allemand. Sauriez-vous par hasard où je peux trouver d'autres soldats ? Des soldats américains ? Je suis à la recherche de quelqu'un. Je ne le trouve pas, mais j'ai lu qu'il est quelque part ici.

- Votre grand-père ? » demanda Korolkov en allemand également. Il grimaça. Il n'avait jamais eu de talent pour les langues, et il détestait l'allemand. Il avait d’ailleurs toujours cru que la familiarité avec cette langue pouvait se limiter à « Hände hoch ».

« Non. C'est compliqué. Le mari de ma mère. En quelque sorte. Il a été enterré ici après la guerre. »

C'était bizarre. Déstabilisant. Est-ce qu'ils prenaient contact ? Tentaient de le piéger ? Il devait rester calme. Il leva la main.

« Va demander là-bas, fils. La maison rouge. Le concierge y habite.

- Merci, monsieur. » Le garçon voulut saluer, mais il interrompit son geste à mi-chemin, tourna les talons et s'éloigna. Le garçon regarda autour de lui, s'arrêta sur d'autres tombes et vérifia leurs inscriptions.

Korolkov l'observa un moment, mais quelques minutes plus tard, il était de retour dans sa voiture, roulant vers Vienne, et plus loin vers l'Est.

Vienna Connection

--

-> Lire le Prologue #02

--

Vienna Connection

Publié le 19 octobre 2021

Venez jouer : on vous invite à la soirée IELLO !

Vous venez ? On vous invite à venir jouer !

Quand ? Mais ce jeudi, pardi ! Et plus précisément, ce sera jeudi prochain, le 9 décembre, entre 20h30 et 23h30, à Nancy !

Lire la suite

Get on Board : encore un peu de patience...

"Les roues de l’autobus tournent tournent", certes, mais pas toujours assez vite. Comme vous l'aurez deviné les aléas du transport, la "signature" de cette belle année 2021, ont encore… Lire la suite

Andor Junior : repartez à l’aventure avec les Pierres du Destin !

Vous adorez Andor Junior pour jouer en famille (n’hésitez d’ailleurs pas à voter pour lui car il est actuellement parmi… Lire la suite